jeudi 31 juillet 2008

Trop fou

Pourquoi une étude scientifique n'aurait-elle pas comme résultat de démontrer l'évidence ? Oui, je demande : pourquoi ? Dans sa livraison de juin, le bimestriel Journal of Family Psychology contient un article émettant l'hypothèse que les couples homosexuels tentés par l'officialisation de leur union (mariage, acte civil, etc.) sont aussi ceux qui ont les plus fortes convictions religieuses et/ou ont des enfants. Oui, carrément trop incroyable, quand on possède un cerveau déjà prompt à la soumission sociale, ça s'applique partout, et cela même si son « mode de vie », a priori, choque le bourgeois – je vais exprès d'adopter une rhétorique d'anarco-syndicaliste à pied plat, parce que je trouve ça rigolo, voilà, je précise.

190 personnes de même sexe et « cohabitantes » (je ne dis pas « comprésentes » parce que je me fous de Florence A. - telle était la parenthèse private joke) habitant l'Illinois ont rempli un questionnaire appelé « Rainbow Illinois survey ». A l'origine, ce questionnaire, rassemblant 527 personnes auto-identifiées GLBT (gays, lesbiennes, bisexuels & transgenres) a été conçu par Ramona Faith Oswald de l'Université de l'Illinois pour étudier le mode de vie « rural » de ces individus (et de savoir, en gros, ce que ça change d'être « différent » à la campagne plutôt qu'à la ville). Sur ces 190 personnes, 150 avait officialisé légalement leur union (l'hypothèse d'une légalisation comme stratégie de défense contre l'homophobie ambiante a été exclue par les chercheurs). Sur ces 150, Ramona Faith Oswald distingue deux sous-groupes : les « légaliseurs » et les « ritualiseurs » - les premiers se contenant d'une officialisation sans tralala, les seconds passent par des cérémonies. Et bien la probabilité d'être un ritualiseur plutôt qu'un légaliseur est multipliée par 3,5 quand un des membres du couple appartient à une communauté religieuse, et/ou si l'un des membres a un ou des enfants – le plus souvent d'unions précédentes, et le plus souvent des adolescents. Néanmoins, le plus fort critère de prédictibilité d'une officialisation, ritualisée ou non, reste la longueur de la relation.

Et Ramona de conclure : « cette étude est importante puisqu'elle distingue les aspects légaux des rituels à l'œuvre dans la solidification d'une relation. Tous les couples de même sexe ne veulent pas de protection légale et de reconnaissance rituelle. Néanmoins, ceux qui le veulent le font pour les mêmes raisons que les couples hétérosexuels : pour les enfants et pour leur engagement religieux». Trop fou, donc, c'était le titre.

***

Source :

Structural and moral commitment among same-sex couples: Relationship duration, religiosity, and parental status, Oswald, Ramona Faith; Goldberg, Abbie; Kuvalanka, Kate; Clausell, Eric, Journal of Family Psychology. 2008 Jun Vol 22(3) 411-419



1 commentaire:

Vincent a dit…

un titre prémonitoire ! :D