vendredi 14 mars 2008

Is there life on Mars ?

Vous ne le saviez peut-être pas, mais au Brésil, l’avortement n’est possible qu’en cas de risque fatal pour la mère ou de viol – dans cette éventualité, apportez votre document estampillé police pour pouvoir profiter de la grâce du curetage. Mais le Brésil évolue, une commission formée par des représentants de la société civile, du gouvernement et du pouvoir législatif a présenté mardi au Parlement brésilien un projet visant à dépénaliser l’avortement. Entre autres, le texte prévoit un amendement supprimant du code civil brésilien la référence à l’avortement comme crime. Selon cet avant-projet, la grossesse pourrait être interrompue jusqu’à la douzième semaine, vingt-deux en cas de viol.

En réaction, l’Eglise catholique brésilienne a distribué plus de 600 fœtus en plastique dans les 264 paroisses de Rio de Janeiro pour qu'ils soient présentés au cours de messes célébrées en défense de la vie.

Et ouais.



3 commentaires:

Anonyme a dit…

.

Dire qu'on pourrait régler le problème avec de simples osties au cyanure ...

.

binnie a dit…

et ça fait tout de même plus de 2,2 foetus par curé, de quoi faire de bonnes chorégraphies donc

peggy a dit…

...ou de BBQ

ah ouais, merde, plastique.