mercredi 23 juillet 2008

Miette

Je ne lis pas la presse et je me fous des actualités. Une fois la chose avouée, les réactions d'inconnus (soit environ 99% de mon environnement humain) varient des yeux interloqués – mais comment tu fais ? à l'air entendu – mais tu prends tout en ligne ! Non, même pas, je m'en fous, sincèrement, je ne ressens pas de besoin de savoir ce qui se passe dans le monde, l'information passive d'une radio allumée par paresse fera toujours l'affaire de dose minimale de coïncidence sociale. Déjà trop.

Mais hier, la sérendipidité juilletiste fait que je tombe sur une vidéo montrant un terroriste palestinien qui, après avoir harponné à coup de bulldozer un bus, se faire abattre par un soldat qui achevait le travail d'un civil armé passant par là. Parenthèse ouverte : je me fous aussi des problèmes du Proche-Orient. Si j'étais président du monde, je nucléariserais la zone et laisserais tranquillement les moutons à cinq pattes brouter du maïs irradié. Parenthèse fermée.

Autre hasard d'un bulbe rachidien échauffé, je me rappelle une scène de Valse avec Bachir, où un blindé israélien passe dans une rue libanaise, sans faire peu de cas des voitures garées et autres coins de rue à mesure de virage. C'est idiot les réflexes de crâne, la prochaine fois je boufferai une madeleine.




3 commentaires:

Vincent a dit…

je me demande : un bulldozer peut-il battre un tank au corps à corps ? parce que bon, contre un bus c'est quand même déloyal. de toute évidence, une revanche s'impose !

les règles du combat seraient les suivantes : interdiction au char de tirer , par contre le bulldozer a le droit de se servir de sa pelle. pas de ravitaillement possible.

si égalité à la fin du combat, Bernard Kouchner désigne le vainqueur.

Aloïs Hiller a dit…

L'air de pas y toucher.

peggy a dit…

l'air de rien, les Israéliens devraient vachement plus craindre la tractopelle pride que la gay pride

(blague fine dont je suis fière)