lundi 1 décembre 2008

Morve

Le problème quand on est aussi intelligente et en avance sur son temps que moi, c'est que ce genre d'étude vous font le même effet que quelqu'un découvrant l'Amérique en 2008 (ou du fait que le mélange d'eau chaude et froide produit de l'eau tiède, qu'un fil peut couper du beurre, etc.). Oui, mesdames et messieurs ! Nos comportements et nos jugements moraux ne sont en fait pas si rationnels que cela, et il suffit de distiller de la « pureté » dans l'esprit d'une quarantaine d'étudiants pour qu'ils prennent des décisions moins sévères !


Dans deux expériences, des étudiants ont ainsi été invités à juger des situations morales selon le protocole suivant :


Situations morales à juger (ces situations ont été tirées de ce classique), sur une échelle de 1 à 9 (tout à fait Ok > extrêmement mal)

> actionner un levier permet de dévier un train fou qui, au choix, va tuer 1 ou 5 personnes

> manger un chien mort

> garder l'argent trouvé dans un portefeuille

> mentir sur son CV

> s'exciter sexuellement à la vue d'un chaton

> devenir cannibale pour ne pas mourir de faim après un crash d'avion


1ère expérience : Avant de juger, les étudiants doivent jouer à un jeu de mots, où le fait de souligner 3 mots dans une série fait découvrir une phrase. Dans la première partie de l'expérience, les phrases sont neutres. Dans la seconde, elles tournent toutes autour du champ lexical de la pureté et de la propreté.

2ème expérience : Avant de juger, les étudiants doivent regarder un film « dégoûtant » (un extrait de Trainspotting). Dans un cas on leur demande de se laver les mains, dans un cas, non.

Les deux expériences ont montré que les étudiants étaient moins sévères une fois leur mains lavées ou après le jeu de mots lexicalement « pur ».

Personnellement au niveau de moi, avec des mains relativement propres et sans avoir réellement lu de textes purs, aucune de ses situations ne me paraît absolument horrible. Sauf celle du chaton, si elle demande des attouchements non consentis par la bête, et celle du chien mort, si la viande est avariée. (Puis le portefeuille aussi, si c'est le mien, bien sûr)

Bonsoir.


2 commentaires:

Abstrait ≠ Concret a dit…

Ah ouais le coup de la tête dans les chiottes pleine de merde à la recherche du suppo perdu est quand même trash. Sinon, à part le délire avec les chatons, les propositions en question ne me paraissent pas plus tordues que ça non plus...

Slamolo a dit…

C'est jus des étudiants qui n'ont pas trouvé de truc original à se mettre sous la dent quoi. Ils auraient pu nous amuser un peu plus sur les propositions (quoique même un chaton, c'est assez bandant quelque part, non... ? non ?), mais bon, une bande de glandeurs en fin de compte.